4e trimestre 2018: Correction

2018 a marqué la fin de la fête. Le président américain est finalement allé de l’avant avec ses politiques protectionnistes qui font craindre un ralentissement du commerce mondial. Les États-Unis ont aussi commencé à resserrer leur politique monétaire ce qui a eu des répercussions partout dans le monde.

Classes d’actifs Rendements en C$
4e trim AÀD
Obligations 1,77% 1,39%
Actions
·         Canadiennes -10,10% -8,88%
·         Américaines -8,70% 4,25%
·         Internationales (EAEO) -7,66% -5,99%
·         Marchés émergents -2,22% -7,39%
Placements immobiliers (REITs) -3,18% 6,30%

L’année 2018 peut certainement être caractérisée comme une ‘’mauvaise année’’ sur les marchés financiers. Les indices d’actions présentés ci-haut ont tous clôturé l’année en territoire négatif dans leurs devises respectives. L’appréciation des autres grandes devises face au huard aura cependant permis aux investisseurs canadiens de mitiger l’impact de ces reculs dans leur portefeuille.

En effet, pour l’investisseur canadien les obligations, les actions américaines ainsi que les REITs ont conclu l’année en territoire positif alors que les actions canadiennes, internationales (EAEO) et les actions des pays émergents ont reculé. Dans ce genre de contexte, il est important pour les investisseurs d’être bien diversifiés afin de stabiliser le portefeuille.

Actions canadiennes

Les deux secteurs les plus importants de l’indice soit le secteur financier et le secteur de l’énergie ont tous deux fléchi lors de l’année en enregistrant un rendement respectif de -12.6% et de -21.5%. Lors du dernier trimestre, les investisseurs ont adopté une attitude plus critique par rapport à la capacité des banques à maintenir leurs bénéfices dans le futur. Conséquemment, le cours de ces dernières a chuté ce qui a entraîné une compression de leurs ratios cours / bénéfice qui a atteint son plus bas niveau des 10 dernières années. L’indice canadien a connu sa pire année depuis 2008 avec un recul de 8.88%.

Actions américaines

L’envolée des marchés américains jumelée à l’appréciation de leur devise avait permis à l’investisseur canadien de connaitre un début d’année exceptionnel de 14.18% (10.57% en USD) au 30 septembre avec cette classe d’actifs. Le début du quatrième trimestre a été marqué par une déclaration de la Réserve fédérale des États-Unis qui a été interprétée par les marchés comme suggérant un nombre important de hausses de taux pour 2019. Cette annonce fut l’un des éléments déclencheurs de la correction du dernier trimestre qui a effacé l’avancée des marchés américains de 2018. La force de leur dollar a heureusement joué en notre faveur, nous permettant de conclure l’année avec un rendement de 4.25% (-4.38% en USD).

L’inversion de la courbe des rendements est un autre élément qui a négativement impacté les marchés au cours des derniers mois. Historiquement, les inversions de courbe ont été suivies par des ralentissements économiques. À l’opposé, les compagnies du SP500 ont connu de bons résultats lors du troisième trimestre de 2018. Plus des trois-quarts d’entre elles ont même battu les prévisions des analystes. Cette performance n’aura malheureusement pas suffi à convaincre le marché qui a revu à la baisse ses prévisions de croissance pour 2019 impactant par le fait même le cours.

Actions internationales

Le protectionnisme commercial, l’incertitude géopolitique et le resserrement de la politique monétaire des États-Unis ont affecté les actions internationales en 2018. Lors des trois premiers trimestres de l’année, les actions internationales avaient tout de même su limiter les dégâts et affichaient un rendement avoisinant les 0%. Cette classe d’actif a finalement fléchi lors du dernier trimestre pour conclure l’année avec un rendement de -13.78%. La dépréciation du dollar canadien face au Yen, à l’Euro, à la livre sterling et au Franc suisse a cependant permis aux Canadiens d’obtenir un rendement beaucoup plus raisonnable de -5.99% en CAD.

Marchés émergents

2018 fut sans nul doute une année difficile pour les pays émergents. Ces pays ont été frappés par les nouvelles politiques commerciales des États-Unis. La hausse du dollar américain a aussi affecté ces pays dont une partie importante de la dette est libellé en USD. Le ralentissement de la croissance de la Chine qui représente près de 30% de l’indice des pays émergents a pesé dans la balance. Cette classe d’actifs a connu un trimestre légèrement négatif avec un rendement de -2.20% en CAD, ce qui a porté son rendement à -7.39% (en CAD) pour l’année.

Le 1er décembre dernier, les États-Unis et la Chine se sont entendus pour établir un “cessez-le-feu” de 90 jours. Cette trêve vise à permettre aux deux pays de négocier un accord de libre-échange. Bien qu’il s’agisse d’un pas dans la bonne direction, les marchés n’ont pas jugé cette initiative suffisante pour être rassurée, estimant que 90 jours ne seraient pas un délai raisonnable pour l’élaboration d’une telle entente.

Obligations

Les titres à revenu fixe ont encore une fois joué leur rôle de diversification. Alors que la plupart des grandes classes d’actifs ont connu un mauvais quatrième trimestre, les titres à revenu fixe canadiens ont connu un rendement de 1.77%. Bien que l’espérance de rendement de cette classe d’actifs soit moins élevée que celle des actions, elle est aussi beaucoup plus moins volatile et particulièrement importante lors des corrections.

Lors de la dernière année, le Banque du Canada a augmenté trois fois son taux directeur qui se situe maintenant à 1.75%. Ces mesures ont dû être prises par la Banque du Canada pour lui permettre de contrôler l’économie canadienne qui commençait à s’emballer. Alors que ces hausses ont commencé à donner les résultats escomptés par la banque et que la croissance mondiale ralentit, la Banque du Canada a commencé à adopter un ton plus prudent quant aux futures hausses.

Fiducies de placement immobilier (REITs)

2018 a été une bonne année pour les REITs canadiens. La croissance de l’économie, le taux d’inoccupation des immeubles et le taux d’intérêt à long terme stable ont permis à cette classe de se démarquer. Le rendement des REITs canadiens a été de 6.30% en 2018.